Si belle, Cybèle !

 

 
Auguste Rodin (1840-1917)

Image : Cybèle d'Auguste Rodin. Bordeaux, musée des Beaux-Arts. Photo L Gauthier

 

Cybèle

Plâtre, 1904
Achat de la Ville de Bordeaux à l'occasion du Salon de la Société des Amis des Arts de Bordeaux en 1906,présentée à l'époque sous le titre "Figure assise"
Hauteur 166 cm
Largeur 80 cm
Profondeur 94 cm
 
Ce plâtre représente une femme assise, d'une taille trois fois plus grande que nature, le corps sensiblement basculé vers l’arrière, la jambe gauche légèrement surélevée. Le bras droit est replié et permet à la main de reposer sur l'épaule droite. Le bras gauche et la tête manquent. Les traces de couture du moule sont apparentes et celles du modèle d'origine sont visibles mais estompées. La surface de l’épiderme est laissée brute et garde les traces du travail de la matière. L’ensemble repose sur son plateau de bois original.

 
L'Inspiration
 
Etude d'après la Vierge à l'enfant de Michel-Ange, 1877. Paris, Musée Rodin
À Paris, Rodin étudie les sculptures antiques du musée du Louvre et se constitue une collection personnelle, source d'inspiration. En 1875, il voyage en Italie à la rencontre des œuvres de la Renaissance. Au cours de ce « tour », comme il l'appelle lui-même, il dessine de nombreuses études qu’il analysera plus longuement dès son retour.
 
Ci-contre : Étude d'après la Vierge à l'enfant de Michel-Ange. Fusain, 1877. H. 63 cm, L. 49 cm. Paris, Musée Rodin, inv. D.05116)
 
 
 
Image : David,  Michel Ange. Photographie Documentation du musée des Beaux-Arts de Bordeaux. Fonds Laparra
Image : Génie de la Victoire,  Michel Ange
Image : L'Aurore, tombeau des Médicis,  Michel AngeC’est d’ailleurs une sorte d’hommage à Michel-Ange (1475-1564), dont il a admiré les sculptures à Florence, que l’on retrouve dans la position du bras replié de Cybèle. Elle fait directement référence au David (Galleria dell’Accademia), au Génie de la Victoire (Palazzo Vecchio) ou à la représentation de l’Aurore, figure de la partie latérale droite du tombeau de Laurent de Médicis (chapelle San Lorenzo).
 
Ci-contre, de gauche à droite : David, Génie de la Victoire et Aurore.
 
 
Le Modèle
 
Rodin s’inspire des maîtres italiens, mais c’est devant le modèle vivant qu’il développe ses figures. Ses modèles il les recrute dans les quartiers abritant de nombreux ateliers d’artistes et où existait ce qu’il était courant d’appeler le « marché aux modèles ». De nombreux immigrés italiens trouvaient ici une source de rémunération facile. Majoritairement originaires de la région des Abruzzes, ils prenaient par commodité le patronyme d'Abruzzesi. C'est dans ces conditions que Rodin rencontra Anna Abruzzesi, le modèle de notre sculpture, puis sa soeur Adèle, toutes deux très appréciées de Rodin. Il avait pour habitude de noter leur nom dans ses carnets, et d'ajouter une petite note, pour ceux qui retenaient son attention. Pour Madame Abruzzesi, il inscrira : « beaux pieds tendus, belles cuisses ».
 
 
Le Motif
 
En 1879, Edmond Turquet (1836-1914), sous-secrétaire d’état aux Beaux-Arts, décide la construction d’un musée des Arts Décoratifs à Paris, à l’emplacement de la Cour des Comptes, incendiée pendant la Commune. Il charge Auguste Rodin de la construction de sa porte monumentale. 
L’artiste se lance alors dans une période de création « frénétique » et réalise un grand nombre de figures destinées à la Porte de l’Enfer pour illustrer un thème qu’il semble avoir choisi lui-même : la Divine Comédie de Dante. Cette porte monumentale (H. 635 ; L. 400 cm., plâtre, Paris, musée d’Orsay) souffrira de l’abandon du projet de construction du musée en 1889. Rodin poursuivra néanmoins ses recherches sur cette œuvre jusqu’à sa mort en 1917 et constituera ainsi un répertoire de figures qu’il réutilisera, parfois isolément, tout au long de sa carrière. Notre figure assise fut probablement réalisée à cette occasion et l’on retrouve le modèle en demie-figure dans le groupe, communément appelé Le Baiser, en bas du pilastre droit de la porte (voir ci-dessus).
Rodin réalisa une première version en ronde-bosse du modèle autonome de cette Femme assise, un plâtre de 52 cm sur colonne, soit 163 cm au total (1-Paris, musée Rodin). Ce modèle sera repris de nombreuses fois, comme dans le marbre de Galatée (2-Paris, musée Rodin) avec un mouvement inversé des jambes, dans Frère et sœur (3), ou encore pour Niobé avec un jeu de jambes identique à celui de notre modèle. Cette figure sera aussi envisagée pour une muse associée au monument à Victor Hugo (troisième maquette, plâtre, 1895, Paris, Musée Rodin).
La comparaison de posture nous ramène vers une période où Camille Claudel (1864-1943) travaillait en pleine harmonie avec Rodin. Durant cette période, elle réalisa une terre cuite intitulée Jeune fille à la gerbe (4), très proche de Galatée précédemment citée.
 
1-Image : Femme assise, sur colonne. Paris, Musée Rodin 2-Image : Galatée, Paris, musée Rodin 3-Image : Frère et soeur. Collection particulière 4-Image : Camille Claudel, Jeune fille à la Gerbe, terre cuite. Paris, musée Rodin
 
 
Agrandissement, suppression, moulage et bronze
 
Image : Agrandissement ou réduction de sculpture : Le Pantographe

Suite au scandale de L’Âge d’airain (l'artiste est accusé à tort de moulage sur le modèle), Rodin réalisera essentiellement des sculptures plus petites que nature (rarement plus grandes). Plus maniables, elles pourront être agrandies par son collaborateur régulier, Henri Lebossé (1845-1922) en utilisant le pantographe : un procédé de copie mis au point par Collas et Sauvage en 1844 (initialement pour la réduction) pour répondre à la forte demande de copies d'antiques, exacerbée par la découverte de la Vénus de Milo en 1820. Rodin se lance donc dans de nouvelles expérimentations, quitte les méthodes traditionnelles du modelage et agrandit, réduit, moule ou coupe. Notre sculpture fut agrandie vers 1904, et annonce la pleine période des agrandissements colossaux chez Rodin (entre 1908-1910).

Image : Cybèle, bronze. Victoria & Albert Museum, Londres
L'agrandissement impose une réflexion sur les proportions des différentes parties du corps et se concrétise parfois par des suppressions, renouant ainsi avec ses modèles de sculptures antiques. En effet, si Rodin avait déjà supprimé tête et bras, c’était pour les remplacer par d’autres modèles (Galatée, Frère et sœur). Avec les sculptures monumentales, il concentre l'attention sur l’ondulation de la ligne, le mouvement du corps et supprime les extrémités « gênantes » pour en révéler toute la sensualité. "L'unité de l'oeuvre-fondamentale repose sur l'équilibre des volumes simples et quelques indications de directions, certaines parties, secondaires, peuvent être supprimées" explique t-il. (A. Rodin, Entretiens réunis par Paul Gsell, 1911).
La première édition en bronze de notre modèle fut exposée à Londres en 1914 sous le titre de Cybèle, déesse de la Nature personnifiant la puissance végétale de la Terre. Rodin l’offrira au Victoria and Albert Museum de Londres.
 
Image : Cybèle, pendant les phases de restauration. Bordeaux, musée des Beaux-Arts, 2012
C’est donc agrandie et tronquée que notre Etude de femme assise fut exposée à Paris au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts en 1905. Comme toujours, l’accueil est partagé, certains louent cette simplicité, cette vivacité qui rappelle les antiques, d’autres n’y voient qu’un aspect inachevé et une exécution sommaire. Rodin ne renonce pourtant pas. Il l'envoie à Bordeaux, au Salon de la Société des Amis des Arts, l’année suivante. 
Cybèle est un des rares exemples de sculpture de Rodin acheté par un musée français du vivant de l’artiste.
 
Sa restauration, menée par le musée de Bordeaux en 2012 (photographies ci-contre), a rendu son éclat au plâtre terni par la patine du temps. Mais elle a, bien entendu, préservé son fragile « épiderme » et nous permet aujourd’hui d’admirer sa vivacité et sa liberté d’exécution, révélatrice de la modernité d’Auguste Rodin. Une qualité qui fut pourtant décriée par certains de ses contemporains.

Si belle, Cybèle