Dessin préparatoire de La Foulaison du blé en Camargue de Rosa Bonheur

Aquisition 2020
Cette nouvelle acquisition du dessin préparatoire au chef-d’œuvre de Rosa Bonheur présenté dans les collections permanentes du musée La Foulaison du blé en Camargue, peinture de très grand format (hauteur 3,13 m x longueur  6,51 m) déposée par le musée d’Orsay, est une étude sur papier calque avec mise au carreau. Elle représente l’occasion unique de renseigner cette peinture et trouve également un lien avec la peinture de George Achille-Fould, Rosa Bonheur dans son atelier dans laquelle un détail de La Foulaison est représenté.
 
  
 
Née dans une famille d’artistes originaire de Bordeaux, Marie-Rosalie Bonheur, dite Rosa Bonheur se spécialisa très rapidement dans la peinture animalière. Récompensée à plusieurs reprises dans les nombreux Salons et Expositions nationales et internationales, elle gagna cependant sa notoriété grâce à son tableau Le marché aux chevaux (1853) conservé au Metropolitan Museum of Art de New York. Bien qu’installée à Paris, elle garda un lien avec Bordeaux où elle exposa à plusieurs reprises (1850, 1854 et 1869).

Célèbre à l’échelle internationale, elle reçut en 1865 la Légion d’honneur des mains de l’impératrice Eugénie – faisant d’elle la première femme peintre à recevoir cette distinction. En 1859, Rosa Bonheur devint propriétaire d’une demeure à By, à proximité de Fontainebleau. Elle s’y installa et commença dès 1864 à travailler sur le sujet de La Foulaison du blé en Camargue, œuvre inachevée à sa mort en 1899.

Pour réaliser cette œuvre, l’artiste s’inspira de sa lecture du poème Mireille de Frédéric Mistral, composé en 1859, ainsi que d’une scène agricole à laquelle elle avait assisté dans le sud de la France. Elle représente des chevaux piétinant du blé pour en extraire le grain illustrant un thème cher à Rosa Bonheur : la célébration du travail des paysans. Elle effectua de nombreuses études préparatoires, notamment des études de chevaux. L’artiste attachait en effet une grande importance au dessin, constituant pour elle la première étape indispensable à la création d’une œuvre ainsi qu’elle aimait à le conseiller à ses élèves de l’Académie Julian : « Gardez-vous de vouloir aller trop vite, avant de prendre les pinceaux, assurez d’abord votre crayon, devenez fortes dans la science du dessin. »
 
Outre très bien enrichir la collection de référence de plus d’une vingtaine d’œuvres (peintures sculptures, estampe, dessins, pastels) de Rosa Bonheur que conserve le musée, complétée par l’ensemble d’œuvres réalisées par les membres de sa famille : son père Raymond Oscar Bonheur (1796-1849), sa sœur Juliette Peyrol-Bonheur (1830-1891), ses frères Auguste François Bonheur (1824-1884) et Isidore Jules Bonheur (1827-1901),  l’acquisition de ce dessin s’inscrit également dans la politique d’exposition que mène le musée. Il ajoutera un caractère inédit au projet d’exposition rétrospective des œuvres de l’artiste en 2022 – pour le bicentenaire de sa naissance à Bordeaux. 
Dessin préparatoire de La Foulaison du blé en Camargue de Rosa Bonheur © CourtesyMillon

Dessin préparatoire de La Foulaison du blé en Camargue de Rosa Bonheur © CourtesyMillon