Dirck van BABUREN, Le Fumeur de pipe

Dirck van Baburen (Wijk bij Duurstede, vers 1595 – Utrecht, 1624), Le Fumeur de pipe, 1623, Huile sur toile, 80 × 64 cm, Don Victorine Donop de Monchy, 1947, Musée Marmottan Monet, Paris. En prêt au musée des Beaux-Arts de Bordeaux, de mi septembre 2020 à janvier 2021.
Le surprenant portrait du Fumeur de pipe de Dirck van Baburen du musée Marmottan Monet vient rejoindre temporairement les collections anciennes de l’aile sud où il dialoguera avec Le chanteur s’accompagnant au luth d’Hendrick Ter Brugghen. Le prêt de cet emblématique tableau hollandais est l’occasion de découvrir (ou redécouvrir !) l’école caravagesque d’Utrecht au musée des Beaux-Arts de Bordeaux dont cette peinture est un autre magnifique exemple. 
 
L’œuvre présente le modèle à mi-corps se détachant d’un fond neutre et occupe pratiquement tout le champ du tableau. D’une main, il tient la pipe et de l’autre, une cruche de vin en terre cuite. L’éclairage contrasté accentue ses traits de visage grossiers et son regard provoquant animé par l’ivresse. Son teint rosé et son nez rougeâtre confirmant son goût pour l’alcool sublime la fumée bleue qu’il expire. Dirck van Baburen saisit avec son pinceau l’âme de cet intrépide buveur. La toile s’inscrit dans le genre des « Tronies » (visages en français). L’objectif du peintre était de capturer une grimace ou une expression modifiant la figure du modèle à un moment précis et de savoir retranscrire l’instant immédiat de cette tranche de vie. 
 
 
Apparentés à la scène de genre, ces portraits présentent une forme de liberté et témoignent de celle qui régnait dans les tavernes en Europe au début du XVIIe siècle. Proposant tabac, alcool, jeu et musique, ces lieux de convivialité accueillaient tous les citadins qu’ils furent pauvres, musiciens, bourgeois, artistes ou encore prostituées. La représentation de buveurs s’inscrit dans la lignée du Caravage (mort en 1610), qui au-delà de ses grandes commandes religieuses, créa un modèle pour toute une génération de jeunes artistes ayant fait le voyage initiatique à Rome. Dirck van Baburen, qui vécut dans la cité éternelle entre 1617 et 1620, faisait partie de ceux qui étaient séduits par le style naturaliste du maître du clair-obscur. La modernité et la désinvolture de sa vie et de son œuvre fascinèrent. Ses peintures inédites proposaient des compositions dépouillées avec des figures schématisées dans une gamme colorée réduite et contrastée et ce langage pictural était facile à imiter, comme en témoigne Le Fumeur de pipe.
 
Si le peintre hollandais s’appropria les thématiques et la technique picturale du Caravage, il sut néanmoins adapter sa production artistique à son public hollandais. En effet, l’iconographie du fumeur était un motif populaire dans les scènes de genre hollandaises. Importé du nouveau monde, le tabac fut rapidement associé au vice. Les livres d’emblèmes moraux, tel que les Sinnepopen de Roemer Visscher (Amsterdam, 1614) dénoncent l’attrait et les dangers de la nouveauté en présentant l’image d’un fumeur de pipe. Texte et image font référence à une mise en garde biblique « car mes jours s'évanouissent en fumée » (Psaumes CII : 3).

Au-delà du simple « tronie » caravagesque, Dirck van Barburen propose ainsi une réflexion sur l’existence humaine éphémère, typique de la production picturale néerlandaise.

 

Dirck van BABUREN, <i>Le Fumeur de pipe</i> © Musée Marmottan Monet, Christian Baraja

Dirck van BABUREN, Le Fumeur de pipe © Musée Marmottan Monet, Christian Baraja