Frans HALS, "Portrait d’un homme dit L’Homme à la main sur le cœur "

(Anvers, vers 1580 – Haarlem, 1660)

Portrait d’un homme dit « L’Homme à la main sur le cœur »
 

Daté en haut à droite : AETATIS SVAE 26 ANN°  1632.
Huile sur toile.
Hauteur 62,5 cm. Largeur 52 cm.
Historique : Ancienne collection Lacaze. Achat de la ville, 1829.                                             

Dans ce portrait, un homme jeune, représenté en buste sur un fond neutre,  porte un vêtement noir rehaussé par la blancheur d’un col de batiste et tient sa main droite largement ouverte sur sa poitrine. Sa tête étant légèrement tournée vers la droite, une partie de son visage est dans l’ombre. L’ébauche de sourire et la main posée sur le cœur augurent de son caractère enjoué.
Le marquis de Lacaze voyait dans cette œuvre un autoportrait de Frans Hals. Or en 1632, l’artiste avait 52 ans. Le modèle devint un « peintre flamand » pour le conservateur bordelais Emile Vallet en 1881, puis « Anton  van Dyck » en 1921. Mais l’âge indiqué du modèle (26 ans) et le portrait du maître anversois par Rubens (Londres, château de Windsor, collection royale) renvoient cet homme dans l’anonymat.
L’attribution de l’œuvre à Frans Hals fut aussi remise en question à partir du catalogue de Charles Manciet en 1933. Mais W. van Bode et A. Bredius au début du XXe siècle, puis O. Le Bihan l’ont (l’a) de nouveau confirmée ; ce dernier a rapproché l’œuvre d’un Portrait d’homme daté de 1634 et conservé au Szépmüvészeti Múzeum de Budapest.
Avec une économie de détails et de couleurs, Hals élabore un portrait subtil aux contours bien affirmés et avec une variété de noirs qui traduisent les différents ornements de son habit. Le visage et la main présentent la juxtaposition de beiges, roses et orangés qui rendent les carnations plus chaleureuses. En revanche, la chevelure est simplement brossée.
Ce portrait correspond à cette période des années 1630-1635, au cours de laquelle Hals recherche une simplification de ses compositions, plutôt statiques, et un dessin plus affirmé sur des fonds neutres et sombres, à l’exemple du portrait de Budapest précédemment cité, ou d’un Portrait d’homme (1630) conservé dans les collections royales anglaises.

 

Image de "Portrait d'un homme dit L'Homme à la main sur le coeur"© MusÈe des Beaux-Arts-mairie de Bordeaux. Cliché L.Gauthier

"Portrait d'un homme dit L'Homme à la main sur le coeur"© MusÈe des Beaux-Arts-mairie de Bordeaux. Cliché L.Gauthier