Eugène Delacroix, "La Grèce sur les ruines de Missolonghi"

(Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863)

La Grèce sur les ruines de Missolonghi

1826
Huile sur toile
Hauteur 213 cm, largeur 142 cm.
Achat au Salon de la Société des Amis des Arts de Bordeaux, 1852


Byron et la guerre d'indépendance grecque

           

Lord Byron en tenue ottoname 

Sous domination ottomane (turque) depuis le milieu du 15ème siècle, la Grèce se révolte en 1821. Si l'indépendance est proclamée dès 1822, lors de l'assemblée nationale d'Épidaure, les combats dureront en fait plus longtemps et il faudra attendre 1832 pour que soit créé officiellement le premier état grec.

En Europe, l’opinion publique se passionne pour le pays qui a vu naître la philosophie, les arts et la démocratie : dans chaque pays, le philhellénisme (« l'amour de la culture grecque») s'organise en comités chargés de réunir des fonds pour les insurgés. Le comité de Paris devient bientôt le plus efficace.
 
A l'aube du Romantisme, les écrivains comme Victor Hugo ou François-René de Chateaubriand, en France, et surtout Lord Byron en Angleterre prennent fait et cause pour les Grecs. Tempérament de feu, Byron s'engage personnellement dans le combat et se rend à Missolonghi en 1824. A l'entrée du golfe de Corinthe, la citadelle bâtie par les Vénitiens occupe une place stratégique qui lui vaut d'être une ville martyre assiégée sans répit par les Ottomans.         
 
Byron y débarque le 5 janvier pour combattre, mais usé par une vie d'excès, il y meurt d'une fièvre maligne le 19 avril 1824, à l'âge de trente-six ans. "La mort de Byron a été accueillie dans tout le continent par les signes d'une douleur universelle" (Victor Hugo). Dans la conscience européenne, le destin tragique du poète et la tragédie du peuple grec se confondent alors à Missolonghi.
 
Deux ans plus tard, dans la nuit du 22 au 23 avril 1826, Missolonghi, qui avait jusque là héroïquement résisté, tombe devant l'ennemi. Les survivants sont presque tous exterminés. C'est la Grèce elle-même qui meurt à Missolonghi! Sans doute le souvenir de Byron compte-t-il encore : la chute de la ville est perçue comme un affront fait à sa mémoire et à son engagement : " Frères, Missolonghi fumante nous réclame" (Victor Hugo, Les Têtes du Sérail, Les Orientales, 1826).
          

Delacroix, Byron et la Grèce

Dans toute l'Europe, et singulièrement en France, la jeune génération, avide de gloire et de combats, s’enflamme pour la cause grecque. Très vite, l’opinion publique incite les politiques à réagir. La France, l'Angleterre, bientôt la Russie s'entendront enfin pour obtenir du pouvoir ottoman qu'il accepte l'indépendance grecque.
 
Chef de file de la nouvelle génération, Eugène Delacroix fait sensation lorsqu'il expose, au Salon de 1824, les Massacres de Scio (Paris, musée du Louvre). Le tableau fait figure de manifeste : il signale l'engagement politique de l'artiste et révolutionne la peinture d'Histoire. En 1826, il renouvellera cette posture engagée avec La Grèce sur les ruines de Missolonghi.
 
Les Massacres de Scio, Eugène Delacroix, 1824.
 
Le Salon de 1824 marque en France la naissance du Romantisme. Depuis la fin de l'Empire (1815), les jeunes artistes cherchent un nouveau style et de nouveaux sujets pour exprimer leur sensibilité. La poésie de Byron est de celles où les peintres puisent volontiers : à plusieurs reprises Delacroix s'en inspirera (La Mort de Sardanapale en 1827, La barque de Don Juan en 1841). La mort de Byron, en 1824, consacre l'enthousiasme de la nouvelle génération pour le poète maudit.
 

Delacroix et l’histoire grecque

 
Delacroix perçoit dans la Grèce et ses révoltes un sujet saisissant et moderne. Mais quelles sont ses motivations réelles ? Le peintre n'a pas encore voyagé à cette date. La Grèce dont il s'inspire est pour lui un lointain d'invention, nourri surtout par ses lectures. En même temps, le peintre est obsédé par l'idée de représenter l'histoire de son temps.
 
Les Massacres de Scio représentent un événement précis d'une grande violence, les exactions perpétrées sur les habitants de l’île de Scio (ou Chios) en avril 1822. Le parti pris est provocateur, d'un réalisme sanglant. Le succès est considérable. Pour la première fois, on l’oppose au classicisme de David ; on le qualifie de « romantique », mot nouveau alors,  tout en soulignant le manque de noblesse du sujet traité.
 
Dans les années suivantes, le peintre multipliera les tableaux de sujets orientalistes qui mettent en valeur sa palette aux tons vifs et sont évocateurs, pour le public, d'un exotisme contrasté.
 

La Grèce sur les ruines de Missolonghi

Malgré son sujet orientaliste, La Grèce sur les ruines de Missolonghi est d'un tout autre esprit. L'initiative est d'abord très politique : c'est le comité philhellène de Paris qui organise l'exposition du tableau à Paris, dans la galerie du marchand Lebrun. Elle est payante et les gains perçus doivent revenir au comité pour soutenir les insurgés grecs.
Plutôt que de représenter des moments réels de cette histoire récente (les préparatifs pour le siège, les derniers résistants se sacrifiant) comme il l'avait fait précédemment, Delacroix choisit une figure de style : l’allégorie. Le choix de l'allégorie est audacieux : en 1826, le genre paraît dépassé et Delacroix lui-même ne s'y est guère intéressé jusque là. Mais l'ambition qu'il se donne ici est différente : il s'agit de dépasser le caractère d’actualité de l’événement contemporain pour proposer une réflexion sur le sens de l’histoire.
Une jeune femme vêtue du costume national, debout sur un bloc de pierre ensanglanté, s’offre au regard, telle une vierge antique promise au sacrifice. Elle incarne la Grèce. Une tête coupée posée sur la muraille, des tâches de sang, une main qui sort des ruines sont les seuls détails violents que s'autorise Delacroix.
La femme n’est pas agitée de gestes violents de malédiction ou d’effroi, comme le peintre l’avait imaginé dans ses premiers croquis : poitrine découverte et bras ouverts, presque agenouillée sur les ruines de la ville martyre, elle semble accepter le sacrifice qui lui est imposé, vivante condamnation de la violence qui s'est abattue sur la Grèce en révolte. Peut-on y voir le symbole triomphant de la prochaine résurrection de la nation grecque ? A la date où Delacroix peint son tableau, le succès des insurgés est incertain.
Quatre ans plus tard, Delacroix aura recours à nouveau à l'allégorie, avec son tableau le plus célèbre, La Liberté guidant le peuple (Paris, musée du Louvre).
 

Delacroix à  Bordeaux

L’acquisition de ce tableau par la ville de Bordeaux en 1852 n’est pas un hasard. Delacroix y a des attaches familiales et sentimentales très fortes. Son père, Charles Delacroix,  s'y est installé en 1803, pour y mourir en 1805. Le jeune Eugène quitte alors la ville à sept ans. Il n'y reviendra que quarante ans plus tard, à l'occasion du décès de son frère aîné, le général Charles-Henri Delacroix, enterré avec son père au cimetière de la Chartreuse, dans une sépulture commandée à l’architecte bordelais Louis Roché.
 
 
« Tous mes souvenirs me rattachent à Bordeaux comme à ma ville natale » mentionne t-il dans une lettre au maire. Même s’il ne revient plus à Bordeaux après 1845, il garde toujours pour la ville une affection particulière qui l’incite à proposer ses tableaux pour les expositions annuelles du Salon des Amis des Arts, entre 1851 et 1863 : quarante-huit œuvres de Delacroix y seront exposées, plus que dans n’importe quelle ville de province.
 
Son amitié indéfectible pour le peintre bordelais Adrien Dauzats n'est sans doute pas étrangère à sa présence régulière aux Salons de Bordeaux. C'est par son entremise en effet que Delacroix envoie trois toiles au Salon de 1851, dont la Grèce sur les ruines de Missolonghi. A l'issue du Salon, le tableau est acheté par la municipalité pour le prix de 2 500 francs. Peint vingt-quatre ans plus tôt, il continue de susciter les débats. Entretemps, la Grèce s'est libérée.
 
Le musée compte aujourd'hui sept œuvres de Delacroix. La Grèce sur les ruines de Missolonghi est sans doute le tableau le plus célèbre du musée des Beaux-Arts de Bordeaux. Grand admirateur de Delacroix, Odilon Redon en a réalisé une copie conservée, elle aussi, au musée.
 
A voir
Exposition du Musée des Beaux-Arts de Bordeaux organisée dans le cadre du 13e Mai musical et présentée à la Galerie des Beaux-Arts du 17 mai au 30 septembre 1963.

Dates principales de la vie d’Eugène Delacroix 

1798 - Delacroix naît à Charenton-Saint-Maurice le 26 avril
1803 - Charles Delacroix, son père, préfet de Bordeaux
1805 - Charles Delacroix meurt à Bordeaux
1814 - A 16 ans, le jeune Eugène Delacroix est orphelin
1822 - Premier succès avec Dante et Virgile aux enfers
1824 - Il expose les Massacres de Scio, soutenu par Théophile Gauthier
1825 - Il passe trois mois en Angleterre où il étudie les toiles du peintre Constable
1831 – Il est nommé chevalier de la légion d’honneur
1832 - Delacroix quitte Paris pour le Maroc et l'Algérie
1840 - Il participe à la décoration du Palais du Luxembourg pendant 6 ans
1857 - Après vingt ans d'attentes, il est élu à l'Institut (rédaction du Dictionnaire des Beaux-Arts)
1855 - 42 de ses œuvres sont regroupées à l'Exposition Universelle de Paris
1863 - Il meurt d'une longue maladie le 13 juin

Bibliographie sélective, à consulter à la bibliothèque du musée :

Delacroix, De l’idée à l’expression (1798 – 1863), Editions Obra Social « la Caixa », 2011.
La Grèce en Révolte, Delacroix et les peintres français, 1815-1848, Editions de la RMN Paris, 1996.
Delacroix, La naissance d’un nouveau romantisme, Editions de la RMN, Paris, 1998.
Delacroix et le romantisme français, Le Musée National d’art Occidental Tokyo et le Tokyo Shimbun,  Tokyo, 1990.     
Art et Bourgeoisie : la Société des Amis des Arts de Bordeaux (1851-1939), Dominique Dussol, préface de Bruno Foucart, éditions Le Festin 1997.

 

"La Grèce sur les ruines de Missolonghi", Eugène Delacroix

"La Grèce sur les ruines de Missolonghi", Eugène Delacroix © Musée des Beaux-Arts-mairie de Bordeaux. Cliché F.Deval