Joos II de MOMPER, dit Le Jeune, "Paysage de montagne"

(Anvers, 1564 – id., 1635)

Paysage de montagne

Huile sur bois.
Hauteur 45,5 cm. Largeur 74 cm.
Historique : Ancienne collection Lacaze. Achat de la Ville, 1829.

 

Paysage de montagne

Huile sur bois.
Hauteur 45 cm. Largeur 74 cm.
Historique : Ancienne collection Lacaze. Achat de la ville, 1929.
 

Les deux œuvres, considérées sans certitude comme des pendants depuis le XIXe siècle, présentent des paysages de montagne. Au centre, sur un piton rocheux, s’élève un édifice aux pieds duquel serpente une route.

Impressionnantes de grandeur et de beauté, les Alpes inspiraient aussi de l’aversion aux artistes nordiques de l’époque partis sur ses chemins dangereux vers l’Italie. Le probable voyage de Momper dans ce pays peut sans doute expliquer la récurrence du thème montagnard dans nombres de ses peintures et dessins au point qu’il fut surnommé le Pictor montium Antverpiae (le peintre anversois des montagnes) dans un portrait gravé vers 1630-1640.

La présence de fabriques italianisantes dans certaines de ses peintures et ses affinités stylistiques avec Lodewijk Toeput dit  Pozzoserrato (vers 1550-vers 1604), laissent penser qu’il séjourna en Italie, peut-être entre 1581 et 1591, favorisant ainsi l’évolution de sa vision des panoramas montagneux, l’adoption d’un format barlong et le fa presto des Italiens.
Dans ces deux tableaux, la construction traditionnelle en trois plans successifs et à partir de motifs réels et imaginaires, se développe à travers une vallée située à droite. Elle repose sur la taille des éléments et sur la perspective atmosphérique déterminée par des valeurs tonales différentes (foncée, verte et gris-bleu clair).   
Comme il arrive fréquemment chez les peintres nordiques, la réalisation des figures est souvent d’une autre main. Ainsi, Joos II de Momper a-t-il peut-être fait appel à Sébastien Vranck (vers 1573-1647), l’un de ses collaborateurs habituels, pour représenter les personnages.
La reconstruction chronologique de l’œuvre de Momper est mal aisée car très peu de ses peintures sont signées et datées mais la présence de motifs italianisants et une facture large indiquent une période précoce dans son œuvre. Il exerça une influence sur de nombreux peintres dont Tobias Verhaecht (1561-1631), qui sera l’un des maîtres de Rubens, et David Teniers (1610-1690) qui lui devra son répertoire de paysages. Peintre fécond, Momper est très représenté dans les grands musées du monde, du Prado de Madrid à l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, du Louvre de Paris à l’Alte Pinacothèque de Munich.
Image de "Paysage de montagne"©Musée des Beaux-Arts-mairie de Bordeaux. Cliché L. Gauthier

"Paysage de montagne"©Musée des Beaux-Arts-mairie de Bordeaux. Cliché L. Gauthier