Herman van SWANEVELT, "Paysage fluvial avec saint Philippe baptisant l’eunuque de la reine Candace"

(Woerden, 1603 – Paris, 1655)

Paysage fluvial avec saint Philippe baptisant l’eunuque de la reine Candace

Huile sur toile.
Hauteur 162 cm. Largeur 133 cm.
Historique : Legs de M. Duffour-Dubergier (maire de Bordeaux de 1842 à 1848), en 1861.
 

Au premier plan, la mise en lumière de la souche déchiquetée évoquerait les paroles d’Isaïe (56, 3-5) «  Que l’eunuque ne dise pas : Je suis un arbre sec », et la promesse de vie à l’issue du baptême. Le décor de ruines rappelle la fragilité des choses face au Temps, ainsi que le triomphe de la religion chrétienne sur le paganisme.
Ce paysage italianisant trouve son thème dans les Actes des Apôtres (8, 26-40) avec dans l’un des épisodes les plus fameux de la vie légendaire du diacre Philippe qui fut avec Etienne un des sept premiers diacres de l’Eglise naissante. Ce dernier aurait converti et baptisé le surintendant des trésors de la reine d’Ethiopie sur la route reliant Jérusalem à Gaza.
Ce thème religieux a joui d’une certaine faveur auprès des paysagistes néerlandais du début du 17e siècle tels Peter Lastman (1583-1633), Jacob Pynas (v. 1585-ap. 1650), Rembrandt van Rijn -1606-1669) ou Leonaert Bramer (1596-1674), car l’Eglise Réformée avait notamment conservé le sacrement du baptême. A l’image de son confrère Jan Both, le peintre van Swanevelt transpose le thème oriental dans un paysage idéalisé, grandiose et monumental qui évoque plutôt l’Italie baignée d’une lumière crépusculaire.
Dans l’œuvre du peintre, le tableau bordelais se situerait chronologiquement vers l’année 1650. Cette datation est possible grâce à sa monumentalité et au  graphisme détaillé de la végétation que l’on retrouve aussi dans d’autres œuvres (Londres, Courtauld Institute et British Museum).
Après un premier séjour à Paris, Herman van Swanevelt vécut à Rome de 1629 à 1641, où il fréquenta Claude Le Lorrain. Il revint régulièrement à Paris à partir de 1644. Il fut alors nommé peintre du Roi, puis devint membre de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture en 1651. Ses tableaux tardifs présentent un style pictural plus libre et influencèrent les artistes français en transmettant le paysage classique élaboré par Le Lorrain en Italie.
Image de "Paysage fluvial avec saint Philippe baptisant l'eunuque de la reine Candace"© Musée des Beaux-Arts-mairie de Bordeaux. Cliché L. Gauthier

"Paysage fluvial avec saint Philippe baptisant l'eunuque de la reine Candace"© Musée des Beaux-Arts-mairie de Bordeaux. Cliché L. Gauthier