Elles sortent de leur(s) réserve(s). Artistes femmes de la collection

16 septembre 2022 – 13 février 2023, salle des Actualités, musée des Beaux-Arts, Aile Lacour
Domenica Monvoisin, Les prêtresses d'Ischia, détail, 1855 © MusBA.

 

 
 
Dans le prolongement de l’exposition Rosa Bonheur (1822-1899), l’hommage du musée aux artistes femmes se poursuit à partir du 16 septembre 2022 dans la salle des Actualités. Près de quatre-vingts artistes de la collection « sortent de leur(s) réserve(s) » et vous invitent à un voyage dans l’histoire de l’art au féminin, du XVIe au XXIe siècle, venant ainsi compléter les œuvres de femmes artistes déjà présentées au sein du parcours permanent. Pour la majorité d’entre elles, ces œuvres quittent pour la première fois l’obscurité des réserves du musée où elles sont conservées pour un accrochage à la lumière des cimaises d'une salle d’exposition. 
 

Célèbres ou non, Bordelaises, Parisiennes ou étrangères...

...toutes donnent à voir, dans une mise en scène particulière inspirée de l’accrochage des réserves muséales, un témoignage de leur talent qui s’est exercé dans différents médiums : peinture, dessin, estampe, miniature, photographie, céramique, sculpture et tapisserie.  
 

Mary Cassatt, Portrait de jeune femme, 1901 © F. Deval.
 
Des artistes femmes célèbres comme Mary Cassatt ou Berthe Morisot - cofondatrice et star de l’impressionnisme de son vivant - ou encore Marie Laurencin, sont ainsi présentées sans hiérarchisation en fonction de leur reconnaissance ou encore de leur carrière. Il s'agit essentiellement d’œuvres des XIXe et XXe siècles, les conditions de la pratique artistique pour les femmes peintres, leur accès à la formation et leur insertion dans le milieu professionnel débutant réellement à partir des années 1780. Jusqu’au seuil de ces années, les peintres femmes provenaient majoritairement de familles d’artistes ou d’artisans.
Un des changements majeurs au début du XIXe siècle réside pour les femmes peintres dans la création puis la multiplication de cours privés et d’ateliers féminins qui vont devenir des lieux à la mode, permettant une mixité sociale entre les jeunes filles de la bonne société et celles qui sont issues d’un milieu social plus modeste. L’Académie Julian, ouverte à Paris en 1868, propose un cours libre réservé aux femmes où les hommes peuvent poser (en caleçon) en tant que modèles en 1876, puis nus. Pour les jeunes femmes, cette Académie constituait la seule alternative aux cours proposés par l'établissement public de l’École des Beaux-arts créée en 1796 dont l'entrée leur a été interdite jusqu'en 1897, sans qu'elles puissent toutefois accéder aux ateliers et aux concours, ce qu'elles obtiendront en 1900 et 1903.
Cependant, en dépit des contraintes et des restrictions qui leurs étaient imposées, des femmes ont pu se former à la peinture et la pratique artistique comme leurs homologues masculins.  
 
Germaine Lacaze, Portrait de la mère de l'artiste, 1932 © Musée des Beaux-Arts de Bordeaux.

Quelques chiffres 

La faible représentativité des artistes femmes dans l’histoire de l’art - longtemps cantonnées dans les petits formats, les sujets gracieux et tendres, les genres mineurs : la miniature ou la peinture de fleurs… - et par conséquent dans la collection du musée des Beaux-Arts de Bordeaux, reflète cette situation. Sur un total de 8 238 œuvres conservées par le musée des Beaux-Arts de Bordeaux, les artistes femmes sont très exactement au nombre de 158 avec 289 œuvres, les artistes hommes au nombre de 1 700 avec 6 971 œuvres (978 étant des œuvres d’artistes anonymes). Elles représentent 8,5%du nombre d’artistes et 3,5% des œuvres, ce qui positionne la collection bordelaise légèrement au-dessus de la moyenne nationale.
 
Le public peut contempler les œuvres réunies par grands sujets : le nu, la peinture d'histoire, le portrait et l'autoportrait, la nature morte, le paysage, la scène de genre... mixant les formats et les siècles. 
 

Depuis le mois de juillet 2022

Vous pouvez découvrir en avant-première trois œuvres contemporaines de l’exposition (Virginie Barré, Camille Henrot, Jagoda Buić) au gré de votre déambulation au sein des collections permanentes aile Lacour dialoguant avec deux œuvres du XVIe au XVIIIe siècle (Lavinia Fontana, Marianne Loir). Un avant-goût avant l’ouverture de l’exposition ! 
 

Virginie Barré, Mannequin, 2004 © Photo : F. Deval.

Camille Henrot, The Universe, détail de l'appartement de Yona Friedman, 21e siècle
© Photo : L. Gauthier.

Jagoda Buić, Structure noire II. Triptic structural Tapisserie, 1964 © Photo : F. Deval.
 
Avec : George Achille-Fould, Jeanne Amen, Marie Annaly, Virginie Barré, Germaine Baude-Couillaud, Anna Baudry, Mildred Bendall, Laura Bernasconi, Marie Bertgoudal, Ruth Bess, Henriette Boichard, Rosa Bonheur, Juliette Bonheur-Peyrol, Denise Bonvallet-Philippon, Riva Boren, Christine Boumeester, Henriette Bounin, Odette Boyer-Chantoiseau, Jagoda Buić, Victoire-Elisabeth Calcagni, Marguerite Callet-Carcano, Jacqueline Cantenat, Elisabeth de Cardenal, Mary Cassatt, Geneviève Chapront, Denise Colomb, Simone Colombier, Amélie Delacoste, Madame Desperrières, Fatoumata Diabaté, Clémentine-Hélène Dufau, Paulette Expert, P. Faure Laubarède, Domenica Festa-Monvoisin, Sophie Tavel-Feytaud, Lavinia Fontana, Anny Fourtina, Julie Galian, Laure Garcin, Anne Garde, Marguerite Gérard, Marie-Eléonore Godefroid, Marie-Madeleine Goldie, Alice Halicka, Marie Antoinette Hamm, Hortense Haudebourt-Lescot, Camille Henrot, Louise Hervieu, Nélie Jacquemart, Berthe de la Baume, Germaine Lacaze, Madeleine-Aimée Lacour, Marie Méloé Lafon Marsaud, Henriette Lambert, Marcelle Larrieu, Marie Laurencin, Louise Le Vavasseur, Azalaïs Lefèvre-Deumier, Marianne Loir, Jeanne Lot-Eyquem, Suzanne Martin, Armande Marty, May Maxwell, Thérèse Mazet-Augarde, Céleste Mingaud, Clémence Molliet, Jane de Montchenu-Lavirotte, Berthe Morisot, Gabrielle Marie Niel, Nelly Paté, Isabelle Perrin, Louise Potié, Yvonne Préveraud De Sonneville, Marie Thélika Rideau-Paulet, Colette Rodde, Suzanne Runacher, Barbara Schrœder, Isabelle Sprenger-Sébilleau, Maria Simon, Ernestine Sirine-Real, Anna Staritzky, Anne Vallayer-Coster, Yvonne Vony, Maria Wagner.
 
 
Commissariat : 
Sylvaine Lestable, responsable du cabinet d’Art graphique, cheffe du service de gestion des collections et de production des expositions, musée des Beaux-Arts.
 
 
 
Anny Ketty Guyte Fourtina, La mouche bleue, 20e siècle © Musée des Beaux-Arts de Bordeaux.

 

Informations pratiques 

Musée des Beaux-Arts 
20, cours d’Albret 
33 000 Bordeaux 
Tél. : 05 56 10 20 56 / musba@mairie-bordeaux.fr 
Ouvert tous les jours, sauf mardis et jours fériés, de 11h à 18h. 
 
Madeleine-Aimée Lacour, Portrait de Pierre Lacour fils, 19e siècle © Musée des Beaux-Arts de Bordeaux.
Domenica Monvoisin, Les prêtresses d'Ischia, détail, 1855, MusBA, Photo : F. Deval.

Domenica Monvoisin, Les prêtresses d'Ischia, détail, 1855 © MusBA, Photo : F. Deval.