L'homme du 18e siècle

Nouvel accrochage des collections, aile sud
Le musée des Beaux-Arts dévoile un nouveau parcours permanent consacré à l’art européen du 18e siècle. Pour mieux comprendre cette période, qui s’étend de 1700 à 1815, l’accrochage a été repensé en partant des œuvres et de ce qu’elles nous racontent sur l’Homme des Lumières, sur son rapport aux sentiments, au plaisir, à la raison et à l’éducation. Le 18e siècle est communément compris comme synonyme d’élégance, de frivolité et de superficialité. Toutefois, les peintures et les sculptures révèlent une autre face de la société, non plus limitée au libertinage, mais qui exprime une certaine gravité, une morale et divulguent de grands idéaux.
 
Le nouvel accrochage a été guidé par la diversité de l’art du 18e siècle européen et s’organise désormais en plusieurs espaces thématiques. Deux sections sont dédiées aux écoles anglaise et italienne. La première présente des chefs-d’œuvre de la peinture britannique (Joshua Reynolds, Thomas Lawrence, Allan Ramsay, Benjamin West…) dont le musée peut s’enorgueillir d’avoir une des plus importantes collections en France après celle du Louvre. Ce fonds exceptionnel vient de s’enrichir de deux tableaux de James Northcote, provenant de la collection Forbes, déposés par le Louvre. 
 
Joshua Reynolds, Portrait de Sir William Chambers, 1750-1760
© MNR 333, affecté au Musée des Beaux-Arts.
 
 
La seconde section expose quelques-uns des plus beaux tableaux italiens d’Alessandro Magnasco, de Giambattista Pittoni et de Francesco Fontebasso. 
 
Giambattista Pittoni, Éliézer et Rebecca, vers 1725.
 
Le parcours se déploie ensuite autour de six nouvelles thématiques permettant d’augmenter considérablement le nombre d’œuvres exposées en utilisant davantage la hauteur des cimaises (65 tableaux sont désormais présentés). Un très grand format de Jean-Baptiste Van Loo, Auguste se fait prêter serment de fidélité par des princes barbares permet de comprendre quelles étaient les attentes en matière de peinture de l’Académie royale de peinture et de sculpture à laquelle il appartenait. Un autre grand format de Jean Restout rappelle que la peinture d’histoire était essentiellement cantonnée aux grandes commandes de l’Église. Quelques tableaux de dévotion privée complètent cette section dont le Portrait d’un abbé de Nicolas de Largillière et Un Jeune Pèlerin d’Alexis Grimou. 
 
Un autre espace est consacré aux sciences et à l’éducation. Portées par les philosophes des Lumières, ces questions résonnent dans le portrait de la Marquise du Châtelet de Marianne Loir, l’une des plus grandes figures intellectuelles féminines du 18e siècle, ou encore dans la magistrale Leçon de labourage de François-André Vincent, qui illustre un des préceptes prodigués par Rousseau dans l’Émile (1762) sur la nécessité d’apprendre le travail des champs aux enfants de la noblesse. 
 
                                             Mariane Loir, Portrait de Gabrielle Emilie Le Tonnelier de Breteuil, marquise du Châtelet
 
La thématique du sentiment, qui est aux sources du Romantisme, est exaltée dans le Héro et Léandre de Jean-Joseph Taillasson, les têtes d’expression de Jean-Baptiste Greuze et les peintures théâtrales de Pierre-Narcisse Guérin. 
 
Pierre Narcisse Baron Guerin, Phèdre et Hippolyte
 
Les sujets de plaisir, de volupté et de divertissement, qui sont au cœur de l’épanouissement du style rococo, s’illustrent à travers une série de toiles galantes et mythologiques qui, à travers plusieurs épisodes de l’histoire de Vénus, honorent la beauté féminine.
 
Charles Joseph Natoire, Vénus à sa toilette
 
Enfin, une section est consacrée à Pierre Lacour, peintre et premier directeur du musée des Beaux-Arts, qui occupa une place centrale dans la vie artistique à Bordeaux pendant quarante ans. Autour du majestueux Port de Bordeaux, des portraits exécutés par ses contemporains, les peintres Perronneau, Lonsing et Wertmüller, sont présentés, donnant ainsi à découvrir une société bordelaise des Lumières raffinée et cosmopolite et à raconter l’histoire de la naissance du musée.
 
       Pierre Lacour, 
Vue d'une partie du port et des quais de Bordeaux dits des Chartrons et de Bacalan (1804-1806).
 
 

PROGRAMMATION:

Une visite commentée en lien avec ce nouvel accrochage est proposée : 

> Le thème de l'éducation dans la collection permanente le samedi 19 février à 15h30. Toutes les infos 

 
 
 
 
 
Nouvel accrochage © F. Deval - Mairie de Bordeaux

Nouvel accrochage © F. Deval - Mairie de Bordeaux