Rosa Bonheur à Bordeaux

Evénement exceptionnel à l'occasion du bicentenaire de la naissance de Rosa Bonheur (1822-2022)
18 mai - 18 septembre 2022

Une grande rétrospective Rosa Bonheur 

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Rosa Bonheur (1822-1899) à Bordeaux, le musée des Beaux-Arts de Bordeaux et le musée d’Orsay, Paris, organisent une importante rétrospective de son œuvre. Événement majeur, elle met à l’honneur cette artiste hors norme, novatrice et talentueuse, figure internationale de l’émancipation des femmes, tout autant qu’ardente admiratrice de la nature et du monde animal. Elle permet de faire découvrir au grand public sa vie aventureuse, devenue mythique, et son œuvre, formidablement populaire aux États-Unis et au Royaume-Uni. 
 
Cette exposition est présentée en 2022 à Bordeaux puis à Paris. Déployée entre la Galerie des Beaux-Arts et l'aile nord du musée, elle présente une centaine d'œuvres des plus prestigieuses collections publiques et privées d'Europe et des États-Unis. Le Château Rosa Bonheur à Thomery, où l’artiste vécut près d’un demi-siècle, est un prêteur important et partenaire exceptionnel de l’exposition. 
 
 
  
Rosa Bonheur, têtes de chiens, musée des Beaux-Arts, Photos : L. Gauthier et F. Deval.
 
Une œuvre puissante et novatrice
 
Issue d’une famille d’artistes, Rosa Bonheur réalisa une œuvre abondante et puissante, puisant son inspiration dans le monde rural des provinces françaises, mais aussi dans l’imaginaire des grands espaces de l’Ouest américain révélé par sa rencontre légendaire avec Buffalo Bill. Rosa Bonheur sut imposer son talent, sa carrière et se mesurer au genre animalier et à d’imposants formats, réservés jusqu’alors aux hommes et à la peinture d’histoire. 
 
Le regard qu’elle porte sur le monde animal témoigne d’une vision singulière du monde rural et de la faune, tant domestique que sauvage, qui fera date dans l’histoire de l’art, en particulier en tant qu’artiste femme au XIXe siècle. Véritablement fascinée par les animaux, Rosa Bonheur avait rassemblé autour d’elle, dans sa propriété de By, une formidable ménagerie et côtoyait chiens, cerfs et fauves. 
 
Une ardente admiratrice de la nature et du monde animal
 
Plaçant l’animal au cœur de sa création artistique en l’intégrant dans de spectaculaires compositions ou en l’isolant dans de véritables portraits, Rosa Bonheur a su créer une œuvre expressive, dénuée de sentimentalisme et d’un grand réalisme, nourrie des découvertes scientifiques et de l’attention nouvelle portée aux espèces animales de terroirs, remettant en cause la hiérarchie entre les espèces. 
L’exposition joue sur les ruptures d’échelles, l’artiste ayant peint de très petits formats ou au contraire des œuvres monumentales, le plus souvent panoramiques et dynamiques, tout autant que de véritables portraits en pied d’animaux. C’est ainsi que Rosa Bonheur dépeint, dans La Foulaison du blé en Camargue, la beauté et la puissance de trois chevaux blancs à demi sauvages, tandis que les plus sombres ouvrent la voie, orientés par le fouet d’un paysan. L’artiste énonce leur appartenance au monde rural et à la vie paysanne tout en exaltant leur force. Elle célèbre l’agriculture et le retour à la terre nourricière.
 
Une personnalité hors du commun
 
Célébrée dès son vivant des deux côtés de l’Atlantique, cette personnalité fascinante, dont l’exposition se propose de dévoiler des aspects peu explorés, voire méconnus, sut s'imposer en tant que femme libre et artiste officielle dans un siècle très corseté. Première femme artiste à recevoir la Légion d’honneur, Rosa Bonheur a su élaborer très tôt une véritable stratégie commerciale et s’associer aux marchands et collectionneurs les plus éminents pour dominer le marché de l’art et conquérir son indépendance financière et morale. Véritable « star » en son temps, elle mena une carrière auréolée des plus grandes récompenses. Artiste virtuose et exigeante, elle organisa sa vie autour de son travail et de la quête incessante de perfectionnement, accompagnée de femmes auxquelles elle confia l’héritage de sa postérité.
 
L’une des originalités de l’exposition est de montrer un beau panorama d’esquisses et d’arts graphiques, abondamment pratiqués par Rosa Bonheur. Des aspects plus insolites de son travail sont destinés à une sphère intime (peintures sur galets, sculptures de marrons, …). L’exposition insiste sur son humour, ses caricatures et les fructueuses relations qu’elle entretenait avec des personnalités du monde musical ou scientifique de l’époque. Enfin, de superbes dessins totalement inédits, récemment découverts au château Rosa Bonheur sont exposés pour la première fois.
 
 
Rosa Bonheur dans son atelier, par Georges Achille Fould, musée des Beaux-Arts de Bordeaux, Photo : L. Gauthier. 
 
Une œuvre qui résonne encore aujourd’hui
 
200 ans après sa naissance, l’art et la personnalité de Rosa Bonheur font résonner de nombreuses questions sociétales plus que jamais d’actualité : la place des femmes dans l’art et la société, l’homosexualité, la cause animale ou encore, la ruralité et l’écologie. L’exposition s’accompagne d’une programmation culturelle croisant les disciplines et de projets issus des champs éducatifs et sociaux, en cohérence avec les actions en faveur de l’égalité femmes-hommes que le musée mène depuis 6 ans.
 
Cette rétrospective est l’occasion de stimulants partenariats avec le Museum Sciences et Nature de Bordeaux, le Fonds régional d’art contemporain Nouvelle-Aquitaine/MECA, qui a initié un groupe de réflexion à l’échelle du territoire néo-aquitain sur les artistes femmes, Vivantes !, ainsi qu’avec l’Association des Amis de Rosa Bonheur. L’exposition est accompagnée d’un catalogue qui est la première publication scientifique disponible à donner une vision d’ensemble des multiples aspects de l’œuvre de Rosa Bonheur. 
 
Dates 
Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, Galerie des Beaux-Arts, 18 mai-18 septembre 2022.
Musée d’Orsay, 17 octobre 2022-15 janvier 2023.
 
Commissariat :
À Bordeaux : Sophie Barthélémy, directrice du musée des Beaux-Arts, et Sandra Buratti-Hasan, directrice-adjointe, conservatrice.  
À Paris : Leïla Jarbouai, conservatrice au musée d’Orsay.
 
 
La L La foulaison des blés en Camargue, Rosa Bonheur, musée des Beaux-Arts de Bordeaux, Photo L. Gauthier. 
 
Portrait de Rosa Bonheur par Georges-Achille Fould, Photo : L. Gauthier.

Portrait de Rosa Bonheur par Georges-Achille Fould, Photo : L. Gauthier.